Aller au contenu principal

Soutenir nos enfants dans la gestion des émotions

Il arrive parfois, dans les ateliers que j’anime, que des parents me demandent comment ils peuvent aider leurs jeunes enfants à gérer leurs émotions. À cette question, je réponds invariablement qu’ils doivent eux-mêmes bien maîtriser le sujet car les enfants apprennent par mimétisme, c’est-à-dire par l’exemple. D’ailleurs, si nous prenions quelques instants pour y penser, nous remarquerions que, bien souvent, nous gérons nos émotions de la même façon que papa ou maman le faisaient lorsque nous étions jeunes. 
Donc, chers parents, ne soyez inquiets que si vous-mêmes avez de la difficulté à ressentir vos émotions et à les exprimer adéquatement. Voilà! Vous avez maintenant les éléments qui constituent la définition de la gestion des émotions que j’utilise depuis des années et qui a soutenu des centaines de participants : 

Gérer ses émotions c’est avoir la capacité de les ressentir et de les exprimer adéquatement.

Dans cette petite phrase toute simple, il y a plusieurs points d’intérêts qui deviennent, chacun à leur tour, des enjeux dans le processus de reconnaissance et d’acceptation de son propre univers émotionnel, et ce, sans compter les enjeux communicationnels et relationnels liés à l’expression de celui-ci.
Dans ce premier texte, attachons-nous à défricher notre terrain émotionnel intrapsychique par l’identification des principales émotions afin d’établir une carte du territoire. Mettre des mots sur ces bouleversements intérieurs que sont les émotions est la première étape pour une gestion efficace et aide à notre sécurité psychique et affective. Plusieurs ont rapporté un sentiment de sécurité à seulement identifier et nommer plus précisément leurs émotions.
Goleman (1997) nomme huit émotions fondamentales et j’ajoute pour chacune à quoi elles servent selon une approche évolutionniste.
 
La colère me sert à défendre ce que je possède.
La peur me sert à repérer les dangers de mon environnement.
La tristesse me sert à prendre le temps de faire le deuil.
La honte me sert à respecter les règles et les standards du groupe.
Le plaisir me sert à trouver mon équilibre et la santé.
L’amour me sert à collaborer avec mes proches.
Le dégoût me sert à prendre conscience de ce qui est « toxique » pour moi dans mon environnement.
La surprise me sert à remarquer l’inédit dans mon environnement.
 
Maintenant que nous avons des mots pour identifier ce que nous ressentons, il convient d’apprendre à les exprimer adéquatement! Mais voilà un sujet bien trop vaste pour une introduction à la gestion des émotions. On se dit alors à la prochaine…
 
Marc Brien, psychosociologue et animateur à Vers l’équilibre.
 

Références :
GOLEMAN, Daniel, L’intelligence émotionnelle – Accepter ses émotions pour développer une intelligence nouvelle, Éditions Robert Lafond, Paris, 1997.
LELORD, François, ANDRÉ, Christophe, La force des émotions – Amour, colère, joie…, Éditions Odile Jacob, Paris, 2001.